print preview

Réalisation du projet de police aérienne 24

Berne, 01.12.2015 – La disponibilité opérationnelle en matière de service de police aérienne sera réalisée progressivement d’ici à la fin 2020. A partir de là, deux avions seront prêts à l’engagement 24 h sur 24 pendant toute l’année. La première étape de réalisation va démarrer en janvier 2016. Deux F/A-18 armés seront alors prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum, et cela cinq jours par semaine, entre 8 heures et 18 heures.

Le projet de police aérienne 24 (PA24) remonte à une motion de l’ancien Conseiller aux Etats Hans Hess (PLR/OW). A la fin de 2009, ce dernier demandait de « garantir la disponibilité opérationnelle du service de police aérienne en dehors des heures de travail  normales». Le projet PA24 va nous permettre de réaliser en quatre étapes la disponibilité opérationnelle permanente avec deux avions armés prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum. La première étape va démarrer en 2016 : les avions seront prêts à être engagés du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h, pendant 50 semaines. Cette présence sera étendue à 365 jours en 2017. A partir de 2019, les avions seront prêts à intervenir de 6 h à 22 h. A la fin 2020, ils seront disponibles 24 h sur 24 pendant toute l’année.

Les deux appareils seront affectés à des «Hot Missions» et à des «Live Missions». Dans le premier cas, il s’agit d’intercepter des aéronefs qui violent gravement les règles du trafic ou la souveraineté sur l’espace aérien de la Suisse. Par «Live Missions», en revanche, on entend le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent pour le survol du territoire suisse une « diplomatic clearance ».

Le site principal choisi pour le projet PA24 est la Base aérienne de Payerne. Toutefois, pendant la fermeture de la piste, les vols se dérouleront à partir d’Emmen ou de Meiringen. La réalisation complète du projet à la fin 2020 nécessitera 100 postes supplémentaires aux Forces aériennes, à la Base logistique de l’armée et à la Base d’aide au commandement. Elle engendrera également des coûts supplémentaires de l’ordre de 30 millions de francs. Ce montant comprend principalement les frais de personnel, les coûts de la sécurité aérienne et les frais d’exploitation. La réalisation de PA24 signifie aussi qu’à l’avenir, la population devra s’attendre à des mouvements aériens avec des avions de combat se déroulant en dehors des horaires habituels du service de vol et parfois aussi à des vols supersoniques. Ces tâches sont toutefois indispensables si l’on entend assurer en permanence la sécurité de notre espace aérien et protéger 24 h sur 24 les droits souverains de la Suisse.

Adresse en cas de questions

Jürg Nussbaum
Chef Communication Forces aériennes
058 464 15 50

Editeur