Nicole Stettler

« Je me rends tous les jours avec plaisir au travail, car je peux exercer le métier de mes rêves. »

Gardienne d’animaux, apprentissage aux Forces terrestres, Centre de compétences du service vétérinaire et des animaux de l’armée
Gardienne d’animaux, apprentissage aux Forces terrestres, Centre de compétences du service vétérinaire et des animaux de l’armée

Prendre soin d’animaux avec un fort tempérament n’est certainement pas une tâche facile ?

En effet, mais c’est une tâche passionnante. Je me suis toujours intéressée aux animaux, en particulier aux chiens. Depuis mon enfance, gardienne d’animaux a toujours été le métier de mes rêves. Je ne me suis jamais intéressée à une autre profession.

En quoi consiste précisément le travail de gardienne d’animaux ?

Mes collègues et moi-même sommes compétents exclusivement pour les soins apportés aux animaux. Nous ne sommes pas chargés de leur dressage. Cependant, nous collaborons étroitement avec les dresseurs. Le matin, nous avons le temps de nettoyer le chenil et les parcs extérieurs. Dès que les chiens nous rejoignent à midi, nous allons les promener, nous les nourrissons, nous les brossons et nous leur apportons les soins dont ils ont besoin. Lorsqu’un nouveau chien arrive chez nous, nous commençons par le baigner. Le contrôle des oreilles et des griffes est, lui aussi, essentiel. Le vendredi, nous emmenons tous les chiens chez le vétérinaire. Comme ce sont des chiens très actifs, il arrive en effet fréquemment qu’ils se blessent.

Le Centre de compétence du service vétérinaire et des animaux de l’armée offre-t-il uniquement la possibilité de se former avec des chiens ?

Non. Durant la 3e année d’apprentissage, nous avons également la possibilité, outre le travail intensif avec les chiens, de travailler pendant trois semaines avec des chevaux. Au cours de notre formation, nous sommes également tenus de travailler chaque année pendant six semaines dans un refuge pour animaux afin que nous soyons en contact avec d’autres espèces animales. J’aime tous les animaux, mais c’est tout de même avec les malinois, qui sont des chiens vigoureux au fort tempérament, que je préfère travailler.

Quelle est ta principale source de motivation ?

Le travail avec les animaux. Les malinois sont des chiens très exigeants qui veulent constamment apprendre et être encouragés en ce sens. Quant à l’ambiance de travail au sein de l’équipe, elle est particulièrement bonne. Nous nous montrons respectueux et avons confiance les uns en les autres. De plus, les apprentis sont rapidement appelés à travailler de manière autonome. Dès la 2e année d’apprentissage, nous sommes par exemple de service le week-end avec deux recrues. Pendant l’apprentissage, on nous apprend à engager notre propre responsabilité, ce qui nous permet d’accroître notre confiance en nous-mêmes. C’est pourquoi je me rends chaque jour avec plaisir au travail.

Pourquoi t’es-tu intéressée à la place d’apprentissage offerte par le DDPS plutôt qu’à une autre ?

Je connaissais déjà le DDPS du fait que mon père y travaille aussi. Les structures internes et les différents domaines ne constituaient donc pas vraiment une nouveauté pour moi. J’apprécie de travailler dans un contexte respectueux et avec des lignes claires. L’idée de faire mon apprentissage avec des animaux de l’armée s’est vite imposée à moi. Lorsque j’étais encore à l’école, j’ai effectué un stage « découverte » de deux semaines au centre de compétence.