Jürg Bühler

Jürg Bühler, juriste, directeur adjoint Service de renseignement de la Confédération
Jürg Bühler, juriste, directeur adjoint Service de renseignement de la Confédération

Même les « agents secrets » peuvent concilier travail et famille 

Espions et secrets, les rêves d'enfant en sont peuplés ! A quel point cela colle-t-il à votre activité ?

Je ne suis certainement pas James Bond. J'en retrouve toutefois certains aspects lorsque je m'occupe de thèmes passionnants comme la lutte contre le terrorisme, l’espionnage, la prolifération d’armes de destruction massive, l’extrémisme ou les menaces militaires. Pour moi, c’est un métier de rêve.

Quelle voie avez-vous suivie pour exercer ce métier de rêve ?

J’ai étudié le droit et c’est au travers d’un stage effectué auprès de l’Office fédéral de la justice que j’ai rejoint l’administration fédérale. Après quatre années au sein du service juridique du Ministère public de la Confédération, j’ai été nommé remplaçant du chef de la Police fédérale et responsable des procédures d’enquête de police judiciaire. A un moment j’ai dû trancher : police criminelle ou service de renseignement ? Mon choix s’est porté sur le service de renseignement. Une telle carrière ne se planifie pas. J’avais les bonnes compétences, au bon moment.

A quoi ressemble votre journée de travail ?

Nous avons pour mission de préparer une appréciation complète de la menace pour la Suisse. Mes journées de travail sont un mixte composé de conduite, de coordination, de communication, d’échange et d’analyse. Elles commencent par la prise de connaissance des informations relatives à la situation actuelle, suivie par la définition quotidienne de la situation en séance de direction, pour ensuite traiter les affaires courantes (séances, affaires politiques, voyages, etc.).

Quelle est votre principale source de motivation ?

La mission en elle-même. Je fournis un service à la communauté, car la Suisse a droit à la protection et à la sécurité. Nous protégeons la vie des gens en détectant suffisamment tôt les dangers et en prenant des mesures. Par ailleurs, la combinaison entre le long terme et l’actualité rend mon travail passionnant.

Votre activité est chronophage. Comment organisez-vous vie professionnelle et vie de famille ?

Au travers des modèles de temps de travail flexibles offerts par la Confédération ; par exemple, l’horaire de travail fondé sur la confiance me permet de bien concilier travail et famille. L'horaire de travail fondé sur la confiance m'offre une grande flexibilité. Au sein de la famille nous sommes naturellement aussi bien organisés et nous nous épaulons les uns les autres.

En tant que dirigeant, comment appuyez-vous vos collaborateurs dans ce domaine ?

Les modèles de temps de travail flexibles offerts par la Confédération permettent de concilier travail et famille. Avec ces modèles, les collaborateurs du SRC peuvent dès lors prendre des engagements extraprofessionnels, p. ex. dans la politique communale ou dans des fonctions bénévoles.