Oliver Bachmann

Oliver Bachmann, ingénieur d’essai en vol, armasuisse
Oliver Bachmann, ingénieur d’essai en vol, armasuisse

Effectuer des tests sur des hélicoptères et des avions

Vous êtes ingénieur d’essai en vol auprès d’armasuisse. Comment êtes-vous arrivé à ce poste ?

J’ai effectué un apprentissage de mécanicien sur machines ici à la Fabrique fédérale d’avions à Emmen, avant de me lancer dans des études techniques. Fasciné depuis toujours par l’aviation, j’ai également passé mon brevet de pilote dans le privé. J’ai ensuite commencé ma carrière professionnelle chez armasuisse en tant qu’ingénieur d’essai en vol. J’ai alors suivi une école pour pilote d’essai en France. Cette année passée au sein de cette institution internationale a été très enrichissante pour moi : l’instruction était intensive et j’y ai rencontré des gens provenant du monde entier et parlant différentes langues.

En tant qu’ingénieur d’essai en vol, vous passez la majorité de votre temps dans les airs ?

Non, ce n’est pas le cas. Les essais en vol doivent être soigneusement planifiés. Pour une heure de vol, environ dix heures de préparation et de suivi sont nécessaires. Chaque journée commence par un briefing lors duquel nous étudions la situation météo et fixons définitivement les planifications relatives aux vols et au personnel. Après chaque vol, les ingénieurs d’essai analysent les données récoltées et consignent leurs résultats dans des rapports. Pour ce faire, ils bénéficient souvent du concours des pilotes d’essai.

Comment se déroule exactement une journée de vol ?

Après le briefing, nous savons exactement ce que nous avons à faire. Nous finalisons d’abord les préparatifs pour le vol. Puis, juste avant le décollage, nous effectuons avec l’équipage un dernier briefing sur le déroulement du vol et l’horaire prévu. De retour au sol, nous procédons à une première analyse des données recueillies. Chaque vol est différent. C’est ce qui rend notre métier si exceptionnel.

Entretenez-vous des contacts professionnels avec des collègues à l’étranger ?

Et comment ! De manière générale, l’aviation est un domaine très international. Le nombre de personnes spécialisées dans les essais en vol au niveau mondial est restreint. On croise toujours les mêmes collègues et les échanges avec ceux-ci sont très importants. En outre, je suis régulièrement amené à me rendre à l’étranger pour mon travail. Ces deux dernières années par exemple, j’ai passé une longue période en France dans le cadre de l’acquisition de deux nouveaux simulateurs d’hélicoptère.

Qu’est-ce qui est particulièrement important dans votre travail ?

Nous accordons une grande importance au travail en équipe. Cela est essentiel pour moi. Les ingénieurs d’essai en vol collaborent étroitement avec les pilotes d’essai. Ces derniers sont responsables du pilotage de l’avion et il incombe aux ingénieurs de les guider à travers le programme. L’échange d’expériences est également capital dans notre métier, de même que la confiance mutuelle.