print preview

Thomas Joost

Thomas Joost, technologue en impression, suppléant du chef de service, Office fédéral de topographie swisstopo
Thomas Joost, technologue en impression, suppléant du chef de service, Office fédéral de topographie swisstopo

Imprimer des produits de haute qualité 

Vous êtes technologue en impression. Est-ce le métier que vous avez toujours rêvé d’exercer ?

Lorsque j’étais enfant, je rêvais plutôt de devenir pilote ou policier. Mais je pense que le fait que de nombreuses personnes dans ma famille ont travaillé dans le graphisme m’a orienté vers cette voie, ce que je n’ai d’ailleurs jamais regretté jusqu’ici. Après mon apprentissage et une première expérience au sein d’une imprimerie d’emballages, j’ai été engagé chez swisstopo il y a 15 ans.

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre travail chez swisstopo ?

Ce qui me motive chez swisstopo, c’est le fait que les cartes que nous réalisons sont des produits durables, ce qui n’était pas le cas des emballages. Nos cartes rendent de précieux services à nos clients pendant de nombreuses années. Croiser en montagne un randonneur avec l’une de nos cartes en main est une expérience très gratifiante. Même si la carte en question date déjà de quelques années, cela me fait plaisir de voir qu’elle est toujours utilisée.

De quelles compétences et connaissances spécifiques a-t-on besoin pour exercer votre activité ?

Vous devez avoir de bonnes connaissances dans les domaines de la technologie d’impression, du stockage du papier et de la planification des équipes et des machines. En outre, une expérience de plusieurs années est nécessaire pour être en mesure de produire des cartes géologiques avec 16 couleurs. Ces cartes de haute qualité, tant au niveau de la couleur que de la précision, sont notre marque de fabrique. N’importe quelle imprimerie peut réaliser une brochure. Ce n’est pas le cas des cartes géologiques avec 16 couleurs.

Quel impact a eu l’arrivée du numérique sur votre travail ?

La révolution numérique n’a pas évincé les produits imprimés. Toutefois, les tirages diminuent. Les ventes de cartes thématiques pour les tours à ski ou les randonnées sont par exemple en régression. Je suis cependant persuadé qu’il existera toujours une demande pour les produits imprimés, car ils présentent aussi des avantages : pour lire une carte sur papier, pas besoin de batterie ni de réseau. De plus, on a entre les mains une zone beaucoup plus vaste, ce qui permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble.

Vous êtes également chargé de l’encadrement des apprentis au sein de swisstopo. Qu’est-ce qui vous plaît dans cette tâche ?

Nous, les anciens collaborateurs, pouvons transmettre nos expériences et notre savoir-faire à la jeune génération. Celle-ci nous apporte en contrepartie de la fraîcheur et des idées innovantes. Dans une imprimerie, on travaille souvent sous pression. Je veille donc d’autant plus à prendre le temps nécessaire à la formation des apprentis. Notre objectif est qu’à la fin de leur apprentissage, ils soient concurrentiels sur le marché du travail et qu’ils puissent trouver un bon emploi. Chez swisstopo, nous avons une réputation à sauvegarder : celle d’être une excellente entreprise d’apprentissage.