Retour à la Page d'accueil

« Le matériel vient à nous, et non plus l’inverse »

Le magasin grande hauteur (MGH) du Centre logistique de l’armée de Thoune a ouvert ses portes au mois d’octobre 2017. Avec 7652 emplacements de palette, un carrousel vertical géant pour petites pièces, des chaînes de transport automatisées, de généreuses zones de préparation des commandes, des déroulements informatisés SAP etc., les vingt-deux collaborateurs logistiques bénéficient de places de travail à la pointe du progrès.

18.07.2018 | Communication Défense, Gabriela Zimmer

Teaser
René Zahler (au milieu), chef du magasin grande hauteur de Thoune, est fier de ses 22 collaboratrices et collaborateurs, lesquels ont rapidement maîtrisé les nouveaux processus logistiques et acquis une certaine routine.

Les yeux de René Zahler (32 années de service) brillent en regardant la zone de préparation des commandes du MGH à travers le vitrage de son bureau : « Mes gens se sont vraiment donnés pour emmagasiner tout le matériel en 60 jours. Ils ont déjà assimilé les nouveaux processus et développé une certaine routine. » La raison ? Selon lui, d’une part, la majorité de ses 22 collaboratrices et collaborateurs avaient hâte de pouvoir enfin investir et remplir les nouveaux. D’autre part, les trois jours de formation passés en 2017 avec des collègues du Centre logistique de l’armée d‘Othmarsingen ont réussi à balayer les dernières incertitudes.

René Zahler est fier: outre les plus jeunes de son équipe, les gens de sa génération se sont eux aussi mis au travail dans la joie et la bonne humeur, malgré un certain scepticisme initial envers la nouveauté et l’inconnu. La nouvelle construction allie techniques de pointe et convivialité. René Zahler présente le point de rencontre central aménagé pour la troupe comme un atout indéniable pour le magasin. C’est là que convergent et sont traitées toutes les questions relatives à la remise et au retour des marchandises. René Zahler est aussi très satisfait de l’atelier des transmissions intégré au magasin.

La qualité des données avant tout

Seul le matériel prêt à l’engagement est entreposé au MGH. Le matériel défectueux rendu par la troupe est déposé provisoirement dans une halle attenante. C’est ici qu’entrent en jeu la supervision de magasin, et Stéphanie Zeindler (cinq ans de service). La spécialiste de la logistique traite non seulement les commandes d’équipement quotidiennes, mais également les ordres de maintenance à l’intention de ses collègues. Elle est aussi responsable du controlling du traitement des commandes. Pour elle, rien ne vaut une base optimale : « Une gestion minutieuse des données est indissociable de leur qualité. C’est une condition essentielle du bon fonctionnement de notre flux de matériel ». En marge de ces tâches, Stéphanie Zeindler forme les cinq apprentis de la logistique engagés actuellement au MGH.

Le jeune spécialiste de la logistique Dominic Rolli (six années de service), surnommé « Mister Lager » (Monsieur Magasin) par son chef, a eu la chance de participer au projet de MGH de Thoune il y a deux ans. Il s’est étroitement impliqué dans la phase de construction avec le développement de la vue synoptique du magasin. Au système de convoyage, Dominic Rolli veille sur la mise à disposition des marchandises commandées et le réentreposage des articles surnuméraires et des retours. Selon lui, la principale différence par rapport à l’ancien système est le fait que « le matériel vient à nous, et non plus l’inverse. » Auparavant, chaque logisticien prélevait et ramenait lui-même « ses » marchandises sur les étagères. Désormais, le chariot élévateur livre les cadres de palettes, les quantités nécessaires sont prélevées en self-service et le reste retourne en magasin via les tapis roulants.

Aucune peur du vide

Huit conducteurs de chariots élévateurs ont suivi une formation sanctionnée par un examen à Othmarsingen. Lors de commandes importantes, deux conducteurs de chariots élévateurs travaillent ensemble pour prélever le matériel des étagères et le transporter jusqu’aux convoyeurs à bande qui l’amèneront dans la zone de commissionnement. Du haut de ses 27 années de service, Rudolf Bauen (27 années de service) est pratiquement conducteur de chariots élévateurs en chef. Il s’est lancé sans hésiter dans la nouvelle formation et règne désormais en maître sur ce système. Même si l’engin se faufile entre les étagères en suivant automatiquement les lignes de guidage encastrées dans le sol, la manœuvre consistant à saisir rapidement des palettes en équilibre à des hauteurs parfois vertigineuses demande de l’entraînement.

La routine, mais sans laisser-aller. Rudolf Bauen résume : « L’acheminement des marchandises correctes à l’endroit correct demande une grande concentration. » En effet, avec près de 850 articles différents entreposés au MGH de Thoune, dont un grand nombre sont manipulés quotidiennement, la plus petite erreur produirait déjà un grand chaos au niveau du matériel.

Cinq magasins grande hauteur

Il y a plus de dix ans, la concentration du matériel de troupe dans un espace restreint, les processus SAP et les déroulements efficaces du point de vue logistique ont été les moteurs du projet de construction d’un magasin grande hauteur sur chacun des cinq emplacements des centres logistiques de l’armée. Les cinq MGH en chiffres : 2012, Grolley, 13 320 empl palettes; 2012, Othmarsingen, 7544 empl palettes; 2016, Hinwil, 12 503 empl palettes; 2016, Monteceneri, 4417 empl palettes; 2017, Thoune, 7652 empl palettes. Une fois l’équipement complet garanti conformément au Développement de l'armée (DEVA), les états de dotation réglementaire des formations de milice à disponibilité élevée (MADE) seront mis à disposition de façon décentralisée et réservée pour les formations prévues. Le matériel manquant et supplémentaire ainsi que le matériel d’instruction et de SP trp est mis à disposition aux MGH des centres logistiques de l’armée.