Retour à la Page d'accueil

« Notre travail exige une discrétion absolue »

Rattaché à la Base logistique de l’armée, le service des transports de représentation et du personnel de la Confédération (STRP) compte une septantaine de véhicules regroupés à la centrale de Berne. Il remplit des missions de transport de personnes et de marchandises pour l’ensemble de l’administration fédérale. Des conseillers fédéraux et des hôtes de Présence Suisse font partie de ses bénéficiaires.

03.08.2018 | Communication Défense, Fahrettin Calislar

Teaser-Hauptbild
C'est ici que se déroulent l'entretien et les services des 70 véhicules du parc.

Responsable de la coordination, Othmar Rumo énumère pour nous les tâches du STRP : « Nous effectuons différents types de transport pour l’administration fédérale ; nous conduisons des hôtes d’État, des conseillers fédéraux, des secrétaires d’État et, pendant leur année de fonction, les présidents du Conseil national et du Conseil des États ; nous gérons un système de réservation pour les mandats, leur administration et la comptabilité ; outre les transports à proprement parler, nous assurons aussi l’entretien et le service pour les véhicules de notre flotte, qui en compte une septantaine ».

Le service compte six chauffeurs en poste fixe et cinq autres peuvent être engagés en renfort. Tous sont évidemment tenus au secret le plus strict. La mission de transport commence toujours à la centrale de Berne, où le travail administratif est aussi effectué. Les chauffeurs conduisent notamment des passagers de haut rang qui profitent des trajets pour travailler, de sorte que la confidentialité est l’alpha et l’oméga du métier. « Rien, absolument rien ne doit filtrer. Notre travail exige une discrétion absolue », précise Othmar Rumo, auquel il est arrivé par le passé d’avoir des conseillers fédéraux à bord. Les véhicules sont équipés de tout le nécessaire – écrans, prises pour les appareils électroniques, etc. – pour que les passagers puissent travailler comme au bureau jusqu’à leur destination.

Véhicules blindés à cellule protégée pour les VIP

La plupart des véhicules du STRP sont stationnés dans un garage souterrain spécial. « De l’extérieur, rien ne les distingue, pour des raisons de sécurité », insiste Othmar Rumo. Pour repérer un véhicule blindé, il faut être attentif à certains détails. L’habitacle comporte une cellule protégée et le spécialiste nous garantit qu’« il est impossible de la faire éclater même avec une arme de gros calibre ou des explosifs ». Tous les deux ans, les chauffeurs doivent se soumettre à un entraînement spécial en Allemagne pour rester à même de gérer des situations critiques. « Ils doivent se dépasser », souligne Othmar Rumo. D’après lui, la montée des violences et de l’insécurité accroît le besoin en véhicules blindés. Parmi les visiteurs, d’aucuns sont plus exposés que d’autres, à commencer par les représentants de certains États étrangers.

1707 missions l’an passé

Le STRP propose différents véhicules à l’administration fédérale : limousines, minibus et même cars sont disponibles 365 jours par an et 24 heures sur 24 (grâce à un service de piquet). Les personnes dont il faut assurer la protection sont conduites exclusivement par des chauffeurs de la police militaire. Le STRP a accompli 1707 missions l’an passé. Pour Marc Bieri, le nouveau chef Circulation et transports du DDPS, il est tout à fait judicieux de rattacher le STRP à son département, le plus gros de l’administration fédérale, et aussi celui qui recourt le plus à ses services de transport, que ce soit pour des personnes ou des marchandises. Sans oublier que l’armée est là pour offrir la logistique nécessaire à ces missions.