print preview Retour à la Page d'accueil

La conseillère fédérale et ministre des sports Viola Amherd reçoit les athlètes médaillés

Les sportives et sportifs suisses qui se sont particulièrement distingués sont invités à Berne, où une réception est organisée deux fois par an en leur honneur. Le 24 juin, lors de la 6e édition, ils ont été accueillis au Bernerhof pour la première fois par la conseillère fédérale Viola Amherd. La ministre des sports, qui suit avec grand intérêt l’actualité sportive nationale et internationale, a eu beaucoup de plaisir à ces rencontres.

25.06.2019 | Communication DDPS, Tanja Rutti

190625-wissenswertes-sportlerempfang
La ministre des sports entourée de Thomas Pfyl et Théo Gmür, tous deux multimédaillés au championnat du monde de para ski alpin. Photo : VBS-DDPS, Alex Kühni


Parmi les nombreuses sportives invitées, l’athlète d’exception Amélie Reymond, 32 ans, est une habituée de ces réceptions. Représentante au plus haut niveau du télémark, la skieuse, qui a grandi et qui vit toujours à Sion, se distingue dans cette discipline depuis des années. Avec treize titres de championne du monde, 38 globes de cristal et pas moins de 141 succès en Coupe du monde, elle possède un palmarès inégalé.

La Valaisanne participe depuis l’âge de 13 ans à des compétitions de ski et s’est laissée, à 17 ans, convaincre par ses entraîneurs, Françoise Matter et Jean-Jacques Dayer, de pratiquer le télémark. Cette discipline est en effet courante dans le domaine skiable de Thyon, qui se trouve à une quinzaine de minutes de voiture de Sion. « J’ai tout de suite été fascinée par le rôle que joue l’équilibre, bien plus important que dans la pratique du ski alpin. Le talon n’est pas fixé et on a une plus grande liberté de mouvement », explique-t-elle. L’agenda d’Amélie la conduit, depuis plus de dix ans, sur les pistes du monde entier, mais sa préférée reste celle de la Mura, à Thyon. « Nous nous y entraînons très souvent et les courses de Coupe du monde y sont toujours des moments magiques. »

Entre Valaisannes

Très attachée à son canton d’origine, Amélie Reymond a été ravie de rencontrer la ministre des sports pour discuter avec elle de la politique du sport en Suisse : « Nous sommes très fiers d’avoir une conseillère fédérale valaisanne », se réjouit la sportive. Les deux femmes avaient notamment collaboré au projet Sion 2026. Commentant l’échec du projet dans les urnes en juin 2018, la skieuse regrette l’absence d’une vision unissant les vallées, les villes et les communes de montagne. « Les JO auraient pu donner un regain d’énergie à certains projets sportifs », note-t-elle.

190625-wissenswertes-sportlerempfang-01
Entre Valaisannes : la cheffe du DDPS en compagnie de la télémarkeuse Amélie Reymond. Photo : VBS-DDPS, Alex Kühni

Musique d’avenir

Maman depuis une année d’une petite fille, Amélie Reymond a dû revoir son emploi du temps et réorganiser son entraînement. « L’été, par exemple, je fais mes exercices de musculation pendant que ma fille fait sa sieste de midi. Par chance, je suis très soutenue par mon mari, Christoph, et par toute ma famille. » Titulaire d’un master en biomécanique de l’EPF, la sportive travaille en outre à 70 % au département de la santé de son canton.

Cette naissance influencera évidemment ses priorités, mais pour le moment, la sportive prépare la prochaine saison. Quant à la suite, elle prendra une décision à la fin de l’hiver. D’ici là, la skieuse pourrait bien remporter d’autres globes de cristal et continuer à porter haut les couleurs de la Suisse en Coupe du monde. Vas-y, fonce Amélie !

190625-wissenswertes-sportlerempfang-02
Amélie Reymond en action lors du sprint parallèle de la Coupe du monde de télémark à Oberjoch. Photo : Bernhard Krempl

Télémark

Ski de descente intégrant des techniques de ski nordique, le télémark se distingue par le fait que le talon du skieur n’est pas fixé au ski. Les virages s’effectuent en fléchissant la jambe en amont et en glissant sur le ski porté en aval. Cette technique, introduite en 1860 par le Norvégien Sondre Norheim, est aujourd’hui une discipline à part entière, dotée de son propre calendrier par la Fédération internationale de ski. L’équipe de Swiss Ski comprend onze athlètes qui maîtrisent les différentes épreuves du télémark, à savoir le slalom géant (avec saut de 25 m), la classique (skating, saut et loom, soit un virage à 360o) et le sprint parallèle.