print preview Retour à la Page d'accueil

Investissements et postes de travail pour les régions concernées

Au total, le DDPS compte plus de 1200 postes à plein temps sur les bases aériennes de Payerne, d’Emmen et de Meiringen. De plus, quelque 600 millions de francs doivent y être investis au cours des prochaines années.

06.05.2020 | Communication DDPS, Marco Zwahlen

 

La présence de bases aériennes implique toujours des nuisances sonores. Pour les régions qui les accueillent, il est d’autant plus important qu’elles apportent une plus-value économique à la population. Leurs avantages et leurs inconvénients ont aussi fait l’objet de discussions au Parlement dans le cadre de l’acquisition de nouveaux avions de combat. À l’heure actuelle, il impossible de promettre que de nouveaux postes de travail seront créés dans le sillage de l’acquisition de ces nouveaux appareils. En effet, tant que cette dernière n’aura pas été approuvée, la répartition des postes de travail ne pourra pas avoir lieu non plus, qu’il s’agisse de l’exploitation ou des travaux d’entretien et de réparation.

En revanche, des indications peuvent être fournies quant au nombre actuel de postes de travail, au montant des investissements et au nombre de mouvements aériens.

Plus de 1200 postes à plein temps

Selon les chiffres de janvier 2020, le DDPS dispose actuellement de quelque 630 équivalents plein temps (EPT) à Payerne, dont une quarantaine d’apprentis. L’introduction et la montée en puissance du service de police aérienne 24 ont permis de créer une centaine d’EPT au cours des quatre dernières années. Sur l’aérodrome de Meiringen, le DDPS possède 196 EPT, dont 25 places d’apprentissage.

À Emmen, le DDPS compte environ 440 EPT, dont une dizaine d’apprentis. Ces chiffres ne tiennent pas compte des postes de travail de RUAG, car il s’agit d’une société anonyme de droit privé. En outre, une grande partie des postes que RUAG possède à Emmen n’ont pas de lien direct avec l’entretien et la réparation d’avions de combat et concernent par exemple des activités aérospatiales.

Bien que RUAG soit une entreprise internationale dont le seul actionnaire est la Confédération suisse, la conduite opérationnelle de la société – y compris le choix de ses sites– ne relève pas de la compétence du Conseil fédéral. Celui-ci peut toutefois définir des objectifs stratégiques. Pour les années 2020 à 2023, il a par exemple décidé que RUAG doit tenir compte de façon appropriée des intérêts régionaux en Suisse. Il attend également de RUAG MRO Holding SA et des entreprises que le groupe contrôle directement ou indirectement qu’elles assument le rôle de centre de compétences pour l’équipement de nouveaux systèmes complexes liés à la sécurité. Ces derniers comprennent notamment les nouveaux avions de combat.

Équivalents plein temps et apprentis

État : janvier 2020
  EPT  Apprentis
Payerne  630  40
Emmen  440  10
Meiringen 196  25
Total  1’266 75

Des investissements de plus de 600 millions de francs

Sur le site de Payerne, des investissements s’élevant à quelque 170 millions de francs ont été consentis dans le domaine immobilier ces dernières années, tant sur la base aérienne que sur la place d’armes. Et un montant d’environ 500 millions de francs sera encore investi sur une période d’une dizaine d’années.

Entre 2015 et 2019, quelque 28 millions de francs ont été investis sur le site de Meiringen pour la maintenance et de nouvelles constructions, tandis que les investissements ont totalisé 41 millions de francs sur le site d’Emmen. Sur cet emplacement, le Conseil fédéral attend de RUAG que l’entreprise optimise les coûts des prestations qu’elle fournit à l’armée et limite au minimum les temps d’immobilisation au sol. Pour des raisons d’efficience, l’entretien et la maintenance structurelle de la flotte de F/A 18 sont regroupés à Emmen. Le site dispose de l’infrastructure et du savoir-faire technique nécessaire.

Des investissements de plus de 160 millions de francs sont encore prévus à Emmen et Meiringen.

Investissements

État de la planification : janvier 2020
  Date  Coût (en mio)
Payerne    
Base aérienne    
Reconstruction des halles 2 et 3 2020–2023 77.0
Infra véhicules spéciaux / BLA en cours 8.0
Infra logistique / BLA 2023 58.0
Entretien pistes 2024–2027 17.3
Besoins immobiliers nouveaux avions de combat 2024–2026 à définir
 Assainissement halle 5 2028 11.0
Total   min. 170.3
     
Place d’armes    
Centre de subsistance 2021  9.0
Nouvelle infrastructure (ex DÜB) 2025  30.0
Assainissement casernes 1re étape 2027  30.0
Assainissement casernes 2e étape 2029  30.0
Police militaire ouest et centres médicaux régionaux 2022  18.8
Total   147.8
     
Emmen    
Base aérienne    
Nouveau centre pour systèmes aéronautiques 2020  57.0
Nouveau local de préparation 2020  2.5
Adaptation du système de commande du bâtiment 2020  1.3
Mesures de construction liées à l’électricité 2020  2.5
Rénovation surfaces d’exploitation service de vol 2020  2.8
Pl armes : mesures liées à l’analyse énergétique 2020  2.0
Adaptation de la tour de contrôle et de l’annexe 2021  7.0
Regroupement du chauffage aérodrome/pl armes 2023  15.8
Construction halle à véhicules et atelier 2024  13.0
Assainissement halle 2 2025  7.6
Besoins immobiliers nouveaux avions de combat 2024-2026 à définir
Total   min. 111.5
     
Place d’armes    
Assainissement caserne   2023  2.5
Rénovation Neuadligen 2026  11.0
Total   13.5
     
Meiringen    
Base aérienne    
Rénovation générale cantonnements 2020  2.7
Optimisation avant-terrain entrepôt pièces rechange 2020  1.2
Rénovation générale caverne Forces aériennes 2024  37.0
Rénovation installations techniques cantonnements 2025  14.5
Besoins immobiliers nouveaux avions de combat 2024–2026 à définir
Total   min. 55.4

Nombre de décollages et d’atterrissages

Les Forces aériennes s’efforcent toujours de réduire au minimum le bruit généré par les aéronefs lors de l’accomplissement de leurs missions, notamment en effectuant des entraînements sur des simulateurs ou dans des zones peu habitées à l’étranger.

Le nombre de mouvements aériens figure dans le plan sectoriel militaire. Les contingents approuvés n’ont pas été atteints, et de loin. À Payerne, le plan sectoriel accorde actuellement un contingent annuel de 11'000 mouvements pour les avions de combat, répartis en principe entre F/A 18 et F 5, alors que les mouvements effectifs ne se sont élevés qu’à 8'388 en 2019.

Quelque 12'000 mouvements sont actuellement autorisés pour les jets sur la Base aérienne d’Emmen, mais ils seront réduits à environ 5'000 à l’avenir. En 2019, seuls 3'370 mouvements ont réellement été effectués.

À Meiringen, les avions de combat ont accompli 3'501 mouvements en 2019, sur environ 5'000 mouvements annuels autorisés.

Mouvements aériens en 2019

Mouvements aériens en 2019
  Autorisés  Effectués
Payerne  11’000  8’388
Emmen  * 12’000  3’370
Meiringen  5’000  3’501
Total 28’000 15’259

* À l’avenir : 5'000 mouvements aériens autorisés par année