print preview Retour à la Page d'accueil

Comprendre aujourd’hui déjà les enjeux de demain – l’apprentissage numérique au DDPS

Au DDPS, 27 personnes utilisent depuis peu le programme d’apprentissage ada fellowship, un cycle d’une année portant sur des méthodes et raisonnements multisectoriels et sur le changement d’organisation qu’implique la transition numérique. Deux d’entre elles partagent leurs premières impressions.

12.01.2022 | DCS, Daniela Sulser

iStockphoto/Olivier Le Moal
Martin Tschanz, armasuisse, participe au programme ada fellowship
Martin Tschanz, armasuisse, participe au programme ada fellowship

Martin Tschanz, vous travaillez chez armasuisse en tant que chef de projet SAP et contrôleur du pilotage des ressources. Qu’est-ce qui vous a poussé à participer ?

Ma motivation principale, et aussi le plus grand défi, c’est de m’améliorer en permanence. Je cherche à établir un pont entre mes racines dans le monde de la mécanique et notre avenir, qui se conjuguera en numérique.

Au quotidien, je travaille sur des logiciels et des médias informatisés, qui sont en évolution constante. Je suis sans doute arrivé à ce poste en raison de ma curiosité et de ma passion pour les processus et les mécanismes. Vu mon enracinement dans ce qu’on appelle l’industrie 4.0, je vois l’immense potentiel que représente la fusion des mondes physique et numérique, et les transferts que cela implique.

Marianne Flükiger, OFPP, suit le programme de formation ada fellowship
Marianne Flükiger, OFPP, suit le programme de formation ada fellowship

Marianne Flükiger, vous êtes responsable du personnel à l’Office fédéral de la protection de la population. Quels sont pour vous les applications et points concernés dans votre travail ?

La transition numérique est aujourd’hui omniprésente et inéluctable. Pour aborder ce changement avec succès, pour le vivre et pour l’établir, il est capital que le personnel maîtrise les outils et les logiciels, et surtout qu’il fasse preuve d’ouverture d’esprit à l’égard de ces nouvelles technologies. Je souhaite contribuer à renforcer cette attitude à l’OFPP et donner à autant de collègues que possible la motivation et l’enthousiasme requis par ce voyage vers l’avenir.

 

Avez-vous déjà pu faire quelques expériences en matière de transition numérique dans le cadre de votre travail ?

Martin Tschanz : Oui bien sûr. Je rencontre ce thème chaque jour, notamment dans ma fonction de spécialiste GEVER. J’ai aussi vécu le démarrage d’Acta Nova, avec ses hauts et ses bas, et là aussi la transition numérique était au centre de mes préoccupations.

Marianne Flükiger : La transition numérique est omniprésente dans notre secteur de travail, par exemple dans la formation, lorsque les leçons peuvent être suivies par ordinateur, dans les projets de modélisation BIM, pour la construction en protection civile, à la Centrale nationale d’alarme, pour le suivi de situation informatisé ou la mise en réseau des partenaires et de la population dans les situations de crise, et dans tout l’office, qui travaille sur le système GEVER, caractérisé par des processus numérisés.

 

Quel est votre objectif pour cette participation à ada fellowship ?

Martin Tschanz : Mon but est d’acquérir une expérience technique et interculturelle afin de l’utiliser ensuite au quotidien. Des thèmes comme l’éthique et le changement de culture m’intéressent au plus haut point, puisqu’on n’en parle presque jamais dans la vie de tous les jours.

Marianne Flükiger : Mon but est d’acquérir un savoir et une expérience qui constitueront un bagage pour les développements à venir. Ce que j’apprends, je souhaite l’utiliser au quotidien et en faire profiter l’OFPP. Je trouve très intéressant de voir et de tester de nouvelles manières d’aborder les choses, des techniques différentes, de nouveaux modèles aussi. Je souhaite aussi relever un défi et remettre en question sainement nos habitudes et nos méthodes.

Programme d’apprentissage ada fellowship

Afin de faire progresser la transformation numérique au sein du DDPS, on a étoffé l’offre de formation proposée au personnel en introduisant l’ada fellowship. Ce programme s’adresse aux personnes de l’ensemble du département qui n’ont pas encore suivi de véritable formation sur ce sujet mais s’intéressent activement aux technologies à venir. Il traite de thèmes tels que les algorithmes, la gestion agile, les données massives ou l’intelligence artificielle, mais aussi de respect, d’éthique et de culture.

Par le transfert de savoir, l’encadrement de projets et la constitution d’un large réseau à travers ce programme, le personnel du DDPS devient lui-même un multiplicateur de la transformation numérique. Il apprend à découvrir de nouveaux domaines d’application pour ces technologies, puis à tirer profit de tout leur potentiel, en collaboration avec les spécialistes, et enfin à initier dans son environnement de travail les processus exigés par ce changement culturel. Le programme comporte aussi un volet sur les méthodes de gestion agile et leur application.

Cette formation continue se compose de deux séances en mode présentiel, en Allemagne, et d’un suivi en ligne d’une année. En début de chaque mois, un module est mis à la disposition des élèves, qui peuvent choisir librement un moment opportun pour y travailler. Il s’y ajoute quelques séances plénières en ligne avec des élèves d’autres pays (Suède, Grèce, Allemagne, Tchéquie, etc.), ainsi que des travaux de projet sur les thèmes de l’innovation et de la communauté. Après le projet pilote de l’ada fellowship, qui concerne actuellement 27 personnes, le DDPS décidera si et comment cette formation sera maintenue.