print preview

Retour à la Page d'accueil


Des emplois et des investissements pour les emplacements des Forces aériennes

Les emplacements du DDPS de Payerne, d'Emmen et de Meiringen représentent quelque 1300 équivalents plein temps. Au cours des années à venir, ce sont quelque 500 millions de francs qui seront investis dans ces emplacements.

31.05.2022 | Communication DDPS, Marco Zwahlen

F-35A à Payerne.

 

Les Forces aériennes surveillent, protègent et défendent l'espace aérien en cas de crise. Pour ce faire, elles ont besoin des F-35A et du système de défense sol-air Patriot. Elles doivent aussi pouvoir compter sur du personnel qualifié et des infrastructures modernes.

Quelque 1300 équivalents plein temps au DDPS...

Au total, le DDPS compte environ 1300 équivalents plein temps (EPT) sur les bases aériennes de Payerne, d’Emmen et de Meiringen (état : décembre 2021).

  • Payerne : 613 EPT, dont 32 places d’apprentissage. L’introduction et la montée en puissance du service de police aérienne 24 ont généré la création d’une centaine d’EPT au cours des quatre dernières années.
  • Emmen : 407 EPT, dont 10 places d'apprentissage à l’armée et 60 EPT chez armasuisse
  • Meiringen : 215 EPT, dont 20 places d’apprentissage

…et plus de 1000 équivalents plein temps chez RUAG

S’y ajoutent quelque 800 EPT sur les sites de RUAG MRO Holding SA à Emmen, Alpnach et Stans, qui sont directement liés aux Forces aériennes. Environ 120 apprentis sont formés sur ces trois emplacements.

Si RUAG MRO Holding SA ne fournit pas directement de prestations aux Forces aériennes à Meiringen même, le groupe compte environ 220 collaboratrices et collaborateurs à Wilderswil et Zweisimmen, y compris 39 apprenties et apprentis répartis sur ces deux sites.

À Payerne, où RUAG MRO Holding SA exploite un nouveau stationnement, l’entreprise compte 16 EPT, auxquels s’ajoute une partie au moins des fonctions de soutien essentielles (logistique, finances, ressources humaines, etc.).

En outre, des prestations sont fournies par des partenaires externes sur tous les sites. Il peut s’agir de livraisons de matériel auxiliaire, de matériel de consommation ou de mobilier, de vivres destinés aux cantines, ou encore d’entretien de bâtiments ou de véhicules, de travaux d’aménagement, de prestations de nettoyage, de blanchisserie ou de transport, ou de services d’hôtellerie ou de restauration. Les dépenses correspondantes s’élèvent à plusieurs millions de francs par an.

Des investissements pour près de 500 millions de francs

Entre 2022 et 2029, plus de 425 millions de francs suisses (525 millions en comptant le F-35A) seront investis sur les bases aériennes de Payerne, Emmen et Meiringen. Ces dernières ont déjà reçu des investissements à hauteur de 416 millions de francs entre 2015 et 2022.

  • Sur le site de Payerne, des investissements s’élevant à 249 millions de francs ont été consentis dans le domaine immobilier entre 2015 et 2021, tant sur la base aérienne que sur la place d’armes. Sur la période 2022-2029, 281 millions supplémentaires (343 millions en comptant le F-35A) y seront investis.
  • À Emmen, 126 millions de francs suisses ont été investis entre 2015 et 2021. Il est prévu d'investir quelque 101 millions supplémentaires (114 millions en comptant le F-35A) entre 2022 et 2029.
  • Entre 2015 et 2021, quelque 41 millions de francs ont été investis sur le site de Meiringen pour la maintenance et de nouvelles constructions. Quelque 44 millions supplémentaires (68 millions en comptant le F-35A) seront investis entre 2022 et 2029.

Affaires compensatoires pour le F-35A

Dans le prolongement de l’acquisition des nouveaux avions de combat F-35A par la Suisse, le constructeur, Lockheed-Martin, est tenu de compenser 60 % de la valeur contractuelle sous forme de mandats en Suisse. Le volume total des affaires compensatoires représente 2,9 milliards de francs. De plus, la Confédération attribue des mandats directs à l'industrie suisse pour un montant total de 67 millions de francs. Les entreprises bénéficiant d’affaires compensatoires recevront davantage de mandats, ce qui leur permettra d’assurer des emplois voire d’en augmenter le nombre. De plus, les affaires compensatoires peuvent offrir un accès à des technologies de pointe ou à des savoir-faire, générer un volume d’exportation supplémentaire et renforcer la position de l’industrie suisse sur les marchés internationaux. En son temps, l’acquisition de la flotte de F/A18 C/D avait permis à quelque 400 entreprises helvétiques (dont environ trois quarts de PME) de profiter d’affaires compensatoires.


Retour à la Page d'accueil