print preview

Le Conseil fédéral renforce la collaboration avec le Kenya dans le domaine de la formation pour les missions de promotion de la paix

Berne, 08.09.2021 – Lors de sa séance du 8 septembre 2021, le Conseil fédéral a approuvé un accord avec le Kenya relatif à la collaboration dans le domaine de la formation pour les missions internationales de promotion de la paix. Cet accord permet en particulier de prolonger le soutien à l’International Peace Support Training Centre (IPSTC) de Nairobi. De plus, les possibilités de coopération avec trois centres sis à Genève sont renforcées.

Depuis plusieurs années, l’ONU s’efforce de créer et de renforcer les capacités au niveau régional pour les missions internationales de promotion de la paix. Au cœur de ces efforts, la conviction que les organisations et acteurs régionaux tels que les centres de formation sont généralement les mieux placés pour prendre sur place les mesures qui contribueront à la désescalade ou à la résolution de conflits.

Le Kenya a, lui aussi, créé un centre de formation international à Nairobi, l’IPSTC. Celui-ci dispose d’une bonne implantation régionale et est soutenu par l’ONU, l’Union Africaine et plusieurs États.

Formation de soldats de la paix au niveau régional selon les standards internationaux

Pour la Suisse, il est essentiel que les troupes et les experts régionaux de promotion de la paix soient formés selon les standards internationaux afin d’être habilités à accomplir des mandats de l’ONU. Ainsi, des points faibles identifiés par l’ONU ou les pays fournissant des troupes peuvent être éliminés.

Outre la formation proprement dite, le soutien de la Suisse peut aussi se concrétiser dans des domaines connexes, par exemple la création de plateformes de cours numériques.

Collaboration avec des centres genevois

Le Kenya est aussi intéressé par une collaboration avec trois centres genevois, à savoir le Centre de politique de sécurité (GCSP), le Centre international de déminage humanitaire (GICHD) et le Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF), ainsi qu’avec le centre d’instruction de l’armée pour les missions de promotion de la paix (SWISSINT).

L’accord permet de faciliter les échanges entre ces centres de formation, afin d'identifier à un stade précoce les besoins et les défis existant dans les situations de conflit actuelles. De même, les résultats obtenus peuvent être intégrés dans les travaux par lesquels l’Armée suisse soutient le développement des missions internationales de promotion de la paix de l’ONU.

Adresse en cas de questions

Carolina Bohren
Porte-parole du DDPS
+41 58 467 00 24

Editeur