Christian Ritz

« Il m’importe de transmettre aux apprentis non seulement des connaissances techniques, mais aussi la fierté professionnelle. »

Responsable de la formation des apprentis polymécaniciens, Base logistique de l’armée, ateliers pour apprentis sur la Base aérienne de Meiringen
Responsable de la formation des apprentis polymécaniciens, Base logistique de l’armée, ateliers pour apprentis sur la Base aérienne de Meiringen

Comment êtes-vous devenu formateur professionnel ?

Je me suis intéressé à un poste de formateur professionnel mis au concours car j’apprécie beaucoup le travail avec les jeunes. Par le passé, j’ai été responsable d’une association de jeunesse. Cela m’a incité à entreprendre la formation de formateur professionnel, une fonction que j’exerce maintenant depuis trois ans et qui me plaît énormément.

En quels termes décririez-vous votre rapport aux apprentis ?

L’ambiance entre les formateurs professionnels et les apprentis est excellente. De même, les apprentis s’entendent aussi très bien entre eux. C’est un vrai plaisir de travailler ainsi ! Nous voyons les apprentis tous les jours et nous faisons nos pauses en leur compagnie. Lorsque des apprentis ont des problèmes, nous leur apportons notre aide. Si je ne peux pas les aider directement, je connais quelqu’un d’autre qui pourra le faire. Nous trouvons toujours une solution.

Qu’est-ce qui distingue votre entreprise formatrice des autres ?

Nous sommes très bien équipés et couvrons un éventail de tâches important, ce qui n’est en général pas possible dans les entreprises privées. Chez nous, les apprentis peuvent acquérir une vaste expérience, du limage conventionnel à la main au maniement de machines complexes équipées de logiciels de programmation, de programmes de dessin, et j’en passe. Pouvoir former les apprentis à cet artisanat varié constitue notre atout. Sur le plan des connaissances théoriques, nos apprentis ont également un excellent niveau. De nombreuses entreprises engagent très volontiers des apprentis qui ont terminé leur formation chez nous, ce qui me conforte évidemment dans mon travail.

Qu’est-ce qui vous tient particulièrement à cœur dans votre fonction de formateur professionnel ?

Il m’importe de transmettre aux apprentis non seulement des connaissances techniques, mais aussi la fierté professionnelle et l’enthousiasme pour leur métier. Dans ce contexte, je leur apprends aussi à manier avec soin les machines et l’outillage ou à ranger leur place de travail le soir avant de partir. Toutes ces activités contribuent à la fierté professionnelle. Les apprentis doivent prendre conscience qu’ils se forment à un super job. L’apprentissage de polymécanicien est une formation exigeante. Celui qui termine avec succès son apprentissage et quitte l’entreprise formatrice après quatre ans peut être fier du travail qu’il a accompli.

Quelles sont les principales étapes du processus d’embauche ?

Les personnes intéressées doivent d’abord effectuer un stage « découverte » chez nous, au début duquel nous leur faisons passer notre test interne. Si un candidat a des difficultés importantes en mathématiques et en physique, il est préférable qu’il se demande si polymécanicien est bien la profession qu’il lui faut, car ces deux branches sont capitales dans notre métier. Les candidats enthousiasmés par la profession peuvent ensuite postuler pour une place d’apprentissage.