print preview

Plan d’action Énergie et climat



Aperçu

Affichant des besoins énergétiques annuels de l’ordre de 3 700 TJ - ce qui correspond à la demande d‘énergie de la ville de Schaffhouse – et des émissions de CO2 supérieures à 200 000 t par an, le DDPS est non seulement le plus grand département, mais aussi un acteur majeur dans le domaine de l’énergie et du climat en Suisse.

Le plan d’action Énergie et climat DDPS fixe les objectifs en matière de politique énergétique du département pour la période allant de 2021 à 2030 et prend le relais du programme énergétique DDPS en vigueur jusqu’ici. Les exigences du Conseil fédéral découlant du train de mesures sur le climat pour l’administration fédérale en font partie intégrante.


cvbs

La défense nationale et la protection du climat ne s’excluent pas l’une l’autre

Viola Amherd, Cheffe DDPS


Vision et stratégie

Le DDPS entend servir d’exemple dans le domaine de l’énergie et du climat. Sa vision est la suivante :

D’ici 2050, le DDPS atteint la neutralité carbone (zéro émission nette). Le département couvre ses besoins en privilégiant les sources d’énergie renouvelables et vise l’autosuffisance énergétique.

La stratégie destinée à concrétiser cette vision d’ici 2030 s’articule autour de quatre axes :

Rapport

Le département vérifie régulièrement le niveau de réalisation des objectifs et la mise en oeuvre des mesures définies dans le plan d’action Énergie et climat DDPS, en établissant des rapports à cet égard. 

Mesures

Le plan d’action Énergie et climat DDPS comprend quatre objectifs dérivés de la vision et des axes stratégiques. Chaque unité administrative du département contribue à leur réalisation par ses propres mesures.

  • Réduction des émissions de CO2 d’au moins 40 % dans l’ensemble du DDPS d’ici 2030
    D’ici 2030, le DDPS réduit ses émissions de CO2 d’au moins 40 % par rapport à 2001. Environ 98 % des émissions totales de CO2 du département sont attribuables aux activités de l’armée. La majeure partie provient des aéronefs et des véhicules terrestres. Dans le domaine de la mobilité, le DDPS veut avant tout diminuer la consommation d’énergies fossiles, notamment en procédant à une transition électrique pour tous les types de véhicules pertinents et à la substitution des carburants fossiles. En ce qui concerne les bâtiments, la réduction des émissions de CO2 passe en particulier par le remplacement des chaudières à mazout. Le DDPS prévoit en outre d’installer des panneaux photovoltaïques sur toutes les surfaces qui s’y prêtent. Ceux-ci serviront également l’objectif d’augmentation de la production autonome (cf. objectif 2). Par ailleurs, les déplacements professionnels sont dans la mesure du possible effectués en train ou remplacés par des téléconférences. Enfin, le DDPS sensibilise son personnel aux économies d’énergie par des actions de communication appropriées.
  • Développement des installations de production d’électricité
    Les toitures et façades du DDPS qui s’y prêtent sont utilisées pour générer de l’électricité et de la chaleur à partir de l’énergie solaire. D’ici 2030, le département pourra ainsi produire lui-même au moins 25 GWh d’électricité d’origine renouvelable par an. Les installations solaires contribueront également à accroître l’autosuffisance énergétique.
  • Création de capacités de stockage pour les énergies renouvelables
    D’ici 2030, le DDPS utilise si possible lui-même l’électricité et la chaleur autoproduites à partir de sources renouvelables. Une installation pilote permettra notamment de tester dans quelle mesure l’énergie d’origine renouvelable peut être stockée sous forme de carburants.
  • Promotion des innovations et projets pilotes
    Le DDPS promeut les projets pilotes dans le domaine de l’énergie et du climat. Les unités administratives recherchent des solutions innovantes pour diminuer la consommation d’énergies fossiles, favoriser le recours aux sources renouvelables et augmenter les capacités de stockage. À cet effet, elles nouent des partenariats internes et externes afin d’élaborer des projets pilotes et phares.

Une évaluation de l’efficacité des mesures liées aux objectifs 1 (réduction du CO2) et 2 (production autonome d’électricité) a montré que celles-ci permettront d’atteindre les résultats visés d’ici 2030.

Les mesures relatives aux objectifs 3 (création de capacités de stockage) et 4 (promotion des innovations et projets pilotes) soutiennent principalement l’expérimentation de technologies existantes et nouvelles pour l’armée et la société. Elles ne contribueront donc pas directement à la réduction des émissions de CO2 ni à la production autonome d’électricité, mais pourront ouvrir la voie à des mesures efficaces après 2030.

Coûts

Les coûts liés aux mesures et à leur mise en oeuvre sont encore difficiles à évaluer avec précision. Selon les estimations du DDPS, les mesures importantes dans les domaines de l’immobilier (remplacement des chaudières à mazout et à gaz, mise en place d’installations photovoltaïques) et de la mobilité (carburants alternatifs pour les forces terrestres et aériennes, mobilité électrique) entraîneront des dépenses à hauteur de 650 millions de francs à l’horizon 2030.