Retour à la Page d'accueil

La Suisse numérique de demain a besoin de têtes pensantes

La réalisation d’une Suisse numérique pour tous fait partie de l’actuel cahier des charges de la Confédération. Partant, des étudiants ont été conviés au Palais fédéral le 23 avril 2018 pour débattre de la société numérique avec des experts de différents départements. Quel est exactement le rôle de la Confédération ? Comment les étudiants peuvent-ils contribuer à façonner l’avenir de l’administration fédérale ? Telles étaient les questions au centre de la rencontre.

25.04.2018 | Marc Santschi, Personnel DDPS (texte), Sabrina Mosimann, Personnel D (images)

La Suisse numérique de demain a besoin de têtes pensantes
La Suisse numérique de demain a besoin de têtes pensantes

 

La réalisation d’une Suisse numérique pour tous implique de nombreux défis. La cyberadministration, l’identité électronique, les données ouvertes ou encore la cyberdéfense représentent des thèmes importants en matière de numérisation. Dans son exposé d’introduction, Michael Stämpfli de l’Office fédéral de la communication a déclaré que l’État devait fonctionner de manière moins directive dans ce domaine, son rôle étant de coordonner, de renforcer la collaboration entre les parties prenantes, de faire office d’intermédiaire et de promouvoir le dialogue. Selon lui, il faudrait pour ce faire opérer un changement majeur.

Son exposé a permis de poser les bases pour les ateliers organisés ensuite sur le rôle de l’État dans le monde numérique. Les quarante étudiants présents ont ainsi pu dialoguer avec les experts et discuter de solutions orientées vers l’avenir. Promoteur, gardien, défenseur ou innovateur, quel rôle l’État doit-il endosser dans le monde de la numérisation ? Cette question a suscité des avis divergents parmi les participants.

Divers chemins mènent à l’administration fédérale

L’administration fédérale est un employeur intéressant pour les diplômés des hautes écoles, surtout dans le domaine numérique. Les représentants des départements invités (DETEC, DEFR, DDPS et DFF) se sont exprimés à ce sujet lors de la table ronde finale. Tous sont concernés de près par l’avenir numérique de la Suisse. Différentes formations et parcours les ont menés à l’administration fédérale. Les experts de la Confédération étaient unanimes : la numérisation a surtout besoin de têtes pensantes. La filière d’études achevée ne figure pas forcément en tête de liste dans le profil d’exigences.

Perspectives professionnelles passionnantes

Le DDPS était l’hôte de l’événement « tremplin » consacré à la société numérique et organisé au Palais fédéral Est. Ce type d’événements fait partie d’un cycle de manifestations bien établi, dont le but est de permettre aux étudiants et aux diplômés des hautes écoles spécialisées ou des universités de rencontrer de façon informelle des employeurs attrayants provenant de toute la Suisse, et vice versa. Quatorze entreprises bernoises, dont l’administration fédérale, ont ainsi présenté leurs atouts en tant qu’employeur.

Près d’un tiers des employés de la Confédération ont une formation de niveau universitaire. Le DDPS propose chaque année 80 places de stages pour diplômés d’universités ou de hautes écoles spécialisées. Pour la Confédération et le DDPS en particulier, la rencontre a constitué une vitrine attrayante pour leurs différents domaines d’activité.

De plus amples informations sont disponibles sur le DDPS en tant qu'employeur ou Portail emploi Confédération (places de stages vacantes).