Retour à la Page d'accueil

Le programme de prolongation de la durée d’utilisation de la DCA moyenne est en bonne voie

Le programme de prolongation de la durée d’utilisation du système de défense contre avions moyenne permet à ce dernier de rester opérationnel au moins jusqu’en 2025. Il s’agit concrètement d’une extension du réseau de capteurs existant. Des tests d’engagement ont démontré que le projet est en bonne voie.

12.09.2018 | Communication DDPS, Marco Zwahlen

180912-wissenswertes-flab


Des tirs de vérification effectués sur la place de tir de défense contre avions de S-chanf en Engadine ont démontré que le système de DCA moyenne (DCA m) n’a rien perdu de sa puissance de feu ni de sa précision grâce au programme de maintien de la valeur réalisé. Le tir de vérification comprenait deux parties consécutives : un tir de réception avec l’école de recrues de la FOAP DCA 33 et un tir de troupe avec le groupe de DCA moyenne 45 et un détachement d’officiers d’engagement de la centrale des opérations des Forces aériennes.

Les mesures de maintien de la valeur permettent de prolonger la durée d’utilisation des canons de DCA de 35 mm et des appareils de conduite de tir au moins jusqu’en 2025. Concrètement, il s’agit d’élargir le réseau de capteurs existant en reliant les appareils de conduite de tir à une installation de conduite centrale. Actuellement, seul un groupe peut être équipé avec le matériel nécessaire. Les deux autres groupes qui ne sont pas encore interconnectés devront être équipés en conséquence. Cette uniformisation rend possibles une instruction homogène et, surtout, la protection simultanée d’objets répartis sur plusieurs sites, comme des conférences internationales et des ouvrages civils ou militaires.

Premier engagement régulier en 2019

Les appareils en cours de modification seront livrés comme prévu d'ici fin 2019. Le premier engagement régulier du système de DCA m doté du réseau de capteurs modernisé devrait avoir lieu pendant le World Economic Forum (WEF) de janvier 2019. En outre, les différents types de connexions entre installation de conduite et unités de feu seront optimisés au moyen d’essais supplémentaires. Un test en charge sera également effectué. Dans l’état actuel des choses, il est possible d’affirmer que le projet, qui s’étend jusqu’à fin 2019 et pour lequel le Parlement a investi 98 millions de francs, est sur la bonne voie des points de vue de la qualité, des coûts et des délais.