print preview Retour à la Page d'accueil

« Pour moi, il est important d’avoir un bon équilibre entre travail et temps libre »

Aujourd’hui, c’est la Journée internationale de l’homme. L’égalité - en particulier leur souhait de pouvoir travailler à temps partiel - telle que vue par les hommes est le thème principal de cette journée. Nous avons donc posé quelques questions à Alexander T.* qui travaille à 60% en job sharing auprès du Service de renseignements de la Confédération (SRC).

19.11.2019 | Personnel DDPS

Qu’est-ce qui vous a incité à travailler à temps partiel ?

J’ai deux enfants avec lesquels je voulais passer plus de temps que seulement le week-end. D’une manière générale, je veux consacrer une part égale de mon temps à la garde de mes enfants et aux tâches ménagères ; pour moi, il est important d’avoir un bon équilibre entre travail et temps libre.

Le fait que vous soyez un homme qui travaille à temps partiel suscite-t-il souvent des réactions ?

Non. Le fait est que, le plus souvent, les gens supposent que je travaille à plein temps. Mais lorsque j’explique que je travaille à temps partiel - et qui plus est à 60% - cela suscite souvent des réactions d’étonnement et on me demande pourquoi. Par contre, lorsque j’avance des raisons familiales - la garde de mes enfants en particulier - les réactions sont le plus souvent bienveillantes.

Vous travaillez en job sharing au SRC. Comment en êtes-vous arrivé à cette solution ?

Depuis 2016, le SRC figure parmi les offices certifiés par le Bureau UND et son Label « Famille et Profession » comme employeur particulièrement favorable à la famille. Cela lui a permis d’introduire également des modèles de job sharing. Le poste que j’occupe a été mis au concours comme poste à 60% en job sharing. Ce sont ces critères qui m’ont particulièrement motivé à faire acte de candidature.

Selon vous, quel est l'avantage pour l’employeur d’engager des collaborateurs à temps partiel ?

Les collaboratrices et les collaborateurs à temps partiel sont souvent plus motivés et plus efficaces que ceux qui travaillent à plein temps du fait qu’ils ont tout simplement moins de temps pour s’acquitter de leurs tâches. Par ailleurs, cela donne également à l’employeur l’opportunité d’avoir davantage de diversité étant donné que ce sont des personnes avec différentes situations personnelles qui manifestent de l’intérêt pour des temps partiels. On peut mentionner entre autres des personnes assumant des responsabilités familiales, des personnes en formation ou encore celles qui s’intéressent au sport, à la recherche, à la politique ou à la musique et, enfin des personnes qui, parce qu’elles sont en situation de handicap, n’ont d’autre solution que de réduire leur temps de travail. Cela améliore la mixité entre collaboratrices et collaborateurs. Par ailleurs, cela permet d’engager davantage de personnes tout en conservant les mêmes taux d’occupation. Enfin, les postes à temps partiel sont surtout importants pour permettre à l’employeur de fidéliser le personnel en tenant éventuellement compte de situations de vie individuelles qui évoluent.

Quels sont les enjeux du travail à temps partiel ?

Dans de nombreux cas, le travail à temps partiel reste un obstacle à la promotion professionnelle. À mon avis, cela vient également du fait que la présence au bureau est souvent synonyme de performance. Pour l’employeur, les difficultés peuvent également être d’ordre organisationnel lorsque, par exemple, au sein d’une équipe comptant de très nombreux collaborateurs et collaboratrices qui travaillent à temps partiel il peut s’avérer difficile de fixer des rendez-vous qui conviennent à tout le monde. Cependant, une bonne planification permet de parer à cela. D’un point de vue personnel, je ressens une certaine frustration lorsque je ne peux pas mener à bien tous les projets qui me tiennent à cœur, uniquement parce que le temps me manque pour y arriver.

D’après une étude, une majorité d’hommes souhaite travailler à temps partiel. En réalité, ceux qui le font sont peu nombreux. Quelles pourraient en être les raisons à votre avis ?

Je peux m’imaginer - des connaissances me l’ont aussi dit - que de nombreux hommes sont réticents à réduire leur taux d’activité de leur plein gré parce que d’une part, ils craignent la réaction de leur supérieur hiérarchique et que, d’autre part, ils ont peur de régresser sur le plan technique. Naturellement, il y a également diverses bonnes raisons, des considérations financières ou des aspects spécifiques à la branche par exemple, qui rendent impossible le travail à temps partiel. Quoi qu’il en soit, je suis d’avis que, dans de nombreux cas, des hommes souhaiteraient travailler à temps partiel mais qu’ils n’insistent pas assez lorsqu’ils en font la demande.

* Nom modifié

À propos de la Journée internationale de l’homme

La Journée internationale de l’homme a été lancée en 1999 à Trinidad et Tobago. Les objectifs de cette journée sont les suivants : attirer l’attention sur la santé des jeunes et des hommes, promouvoir l’égalité des droits entre hommes et femmes et mettre en évidence des modèles masculins. La conception classique de la famille a évolué ; en effet, la famille traditionnelle où c’est à l’homme qu’incombe de soutenir le ménage par son travail et la femme assume les tâches ménagères et s’occupe des enfants n’est qu’une possibilité parmi tant d’autres. Par conséquent, aujourd’hui les deux sexes peuvent de plus en plus réaliser leurs projets de vie individuels.

Le DDPS en tant qu’employeur

Quelque 12’000 collaboratrices et collaborateurs exercent chaque jour plus de 200 professions civiles et militaires pour assurer la sécurité de la Suisse. Presque aucun autre département n’offre autant de diversité que le DDPS. Le DDPS s’engage en faveur de l’égalité. L’égalité salariale est applicable entre les femmes et les hommes et fait l’objet de contrôles périodiques. L’égalité fait partie du travail quotidien et est prise en compte dans tous les processus du personnel. La conciliation du monde professionnel et de vie familiale est soutenue par des formes de travail flexibles, un soutien financier pour la garde des enfants, des congés maternité et paternité, la possibilité de réduire le taux d’occupation après une naissance, etc.

Le DDPS en tant qu’employeur