print preview

Coronavirus : L’armée licencie des éléments des troupes sanitaires sous réserve de les rappeler

Berne, 16.04.2020 – Comme le nombre de demandes des cantons sollicitant le soutien de l’armée pour lutter contre le coronavirus n’a que peu augmenté dernièrement, l’armée s’adapte à l’évolution de la situation et licencie une partie des troupes sanitaires du service d’appui. Le Conseil fédéral en a été informé lors de sa séance du 16 avril 2020. Les services de santé continuent à disposer d’un nombre suffisant de militaires. Les 300 à 400 militaires licenciés le sont sous réserve d’être rappelés dans les 24 heures si la situation l’exige. Grâce à cette mesure, ces militaires peuvent retourner à leur poste de travail.

Depuis la première demande au début du mois de mars, un peu plus de 350 demandes ont été déposées auprès de l’armée pour des prestations sanitaires, des tâches d’encadrement, ainsi que du service de protection et de sécurité. L’armée en a déjà satisfait environ 150 et plus de 110 sont encore en cours. Une quinzaine de demandes sont actuellement examinées et une quarantaine ont été retirées par les demandeurs. Quant aux autres, l’aspect subsidiaire faisait défaut et, dans de nombreux cas, il était possible d’y répondre par des solutions civiles.

Licenciement soumis à des contraintes de disponibilité

Par rapport aux semaines précédentes, le nombre de demandes n’a que légèrement augmenté ces derniers jours. Ainsi, compte tenu de l’évolution de la situation et du besoin prévisible des cantons en matière de soutien, il y a actuellement plus de militaires des troupes sanitaires en réserve que ce qui sera vraisemblablement nécessaire. Par conséquent, l’armée licencie des éléments des troupes sanitaires qui doivent toutefois rester disponibles. Cela permet à ces militaires de rentrer dans leur foyer et de reprendre leur travail.

Le licenciement est soumis à des contraintes de disponibilité qui prévoient une réentrée en service d’appui à tout moment dans les 24h si la situation devait l’exiger et que de nouvelles demandes justifiées devaient être déposées par les cantons.

De 300 à 400 militaires licenciés d’entente avec les cantons

Le nombre des licenciements devrait être de l’ordre de 300 à 400 militaires. Actuellement, la charge de travail est analysée sur chaque site d’engagement et la situation est évaluée avec les cantons et les demandeurs. Dans tous les cas où cela est possible, le personnel engagé sur place est réduit. Les premiers licenciements ont déjà eu lieu ou sont d’ores et déjà prévus cette semaine.

Au total, environ 3800 militaires sont actuellement à disposition pour des prestations sanitaires au profit du système de santé civil. S’y ajoutent quelque 750 militaires effectuant des tâches de protection et de sûreté en faveur de l’Administration fédérale des douanes et des corps de police cantonaux. En comptant les états-majors et les services de base en vue d’assurer une disponibilité opérationnelle et une capacité de commandement permanente, près de 5000 militaires sont actuellement engagés en service d’appui.

Adresse en cas de questions

Daniel Reist
Porte-parole de l’armée
+41 79 353 10 56

Editeur